Prochains concerts:

Œuvres de Bernard Reichel (2 trios)
12 mai 2019 à 17 heures. Lutry, caveau du Singe Vert.

Sonate pour piano d’Ernest Bloc
Dimanche 19 mai, 17 heures – Vernier, salle du Lignon
Pianiste: Cédric Pescia

Concertino pour piano et orchestre de Bernard Reichel
1er novembre 2019 à 20 h. – Salle Frank Martin à Genève
3 novembre 2019 à 17 h. – Eglise Notre Dame des Grâces, Lancy
7 novembre 2019 à 20 h. – Temple de Lutry


Devenir membre

Pourquoi ne pas devenir membre ?

Cette association a pour démarche de faire connaître les compositeurs ayant participé activement à la vie musicale genevoise du XXème siècle.
Toute personne se reconnaissant dans cette démarche pour devenir membre de notre association, et ainsi donner plus de moyens financiers pour nos démarches. La cotisation est de 50 CHF par an.

IBAN : CH60 0900 0000 1282 1065 9
Au nom de Mémoire vivante des compositeurs genevois – Genève

Mémoire vivante des compositeurs genevois

Association pour la promotion et la diffusion des œuvres musicales des compositeurs genevois

Le but de l’Association est de promouvoir la musique de compositeurs genevois disparus, principalement de compositeurs des 19e et 20e siècles, dans le domaine de la musique classique, en la faisant connaître par l’édition, l’exécution en concert, l’enregistrement ou tout autre moyen approprié.
Par compositeurs genevois, il faut entendre aussi bien des personnes de nationalité genevoise que des personnes d’autres nationalités ayant accompli une partie significative de leur carrière à Genève.
L’Association est une force de proposition auprès des pouvoirs publics, des éditeurs, des médias, des centres d’enseignement musical, des associations symphoniques et chorales, et de toutes les composantes du milieu musical.
L’Association ne privilégie pas un ou quelques compositeurs au détriment d’autres, mais cherche à les mettre tous en valeur, sans attitude exclusive.
En principe, l’Association n’organise pas elle-même de concerts ou manifestations musicales, mais elle incite les partenaires musicaux à inclure dans leurs programmes des œuvres de compositeurs genevois.
Elle ne distribue pas de subventions, à moins d’avoir reçu un don ou un legs assorti de cette destination spécifique.

Contact

Par email: info@compositeursgenevois.ch

Par courrier postal:
Association Mémoire Vivante des Compositeurs Genevois
p. a.: Didier Godel, président – 18 rue Michel Servet – CH-1206 Genève

Statuts de l’Association

Mémoire vivante des compositeurs genevois Statuts adoptés le 11 février 2013

Article 1 Appellation : 
Sous l’appellation « Mémoire vivante des compositeurs genevois » est constituée une association (ci-après: l’Association) selon les articles 60 et suivants du Code civil suisse.

Article 2 Siège : 
Le siège de l’Association est à Genève

Article 3 Durée : 
La durée de l’Association est indéterminée

Article 4 But : 
Le but de l’Association est de promouvoir la musique de compositeurs genevois disparus, principalement de compositeurs des 19e et 20e siècles, dans le domaine de la musique classique, en la faisant connaître par l’édition, l’exécution en concert, l’enregistrement ou tout autre moyen approprié.
Par compositeurs genevois, il faut entendre aussi bien des personnes de nationalité genevoise que des personnes d’autres nationalités ayant accompli une partie significative de leur carrière à Genève.
L’Association est une force de proposition auprès des pouvoirs publics, des éditeurs, des médias, des centres d’enseignement musical, des associations symphoniques et chorales, et de toutes les composantes du milieu musical.
L’Association ne privilégie pas un ou quelques compositeurs au détriment d’autres, mais cherche à les mettre tous en valeur, sans attitude exclusive.
En principe, l’Association n’organise pas elle-même de concerts ou manifestations musicales, mais elle incite les partenaires musicaux à inclure dans leurs programmes des œuvres de compositeurs genevois.
Elle ne distribue pas de subventions, à moins d’avoir reçu un don ou un legs assorti de cette destination spécifique.

Article 5 Membres : 
Peuvent être membres de l’association:
a) des associations ou groupements s’attachant à la mise en valeur d’un compositeur genevois en particulier. Ces associations, qui peuvent être représentées par plusieurs personnes, ne disposent que d’une seule voix lors des votes.
b) des personnes physiques représentant, par lien familial ou par engagement personnel, un compositeur genevois en particulier.
Les membres sous points a) et b) peuvent être représentés par plusieurs personnes. Néanmoins, lors des votes, une seule voix par compositeur leur est attribuée.
c) des personnes physiques ou morales qui adhèrent au but de l’association, sans représenter un compositeur genevois en particulier.
L’admission en tant que membre est du ressort du Comité qui statue librement sur la demande. Les membres présents lors de l’assemblée générale constitutive sont admis d’office.
La démission se fait par demande écrite au comité.
Le Comité peut exclure sans délai tout membre de l’Association qui lui porte préjudice, lequel peut recourir, dans le mois suivant auprès de l’Assemblée Générale.

Article 6 Assemblée générale : 
L’Assemblée Générale est l’organe suprême de l’Association. Elle se réunit en séance ordinaire une fois par an, au cours du premier semestre. L’Assemblée Générale ordinaire est convoquée par le comité au minimum deux semaines à l’avance, par courrier postal ou messagerie électronique à la dernière adresse portée dans le registre des membres.
La convocation comporte l’ordre du jour.
Des points peuvent y être ajoutés si l’assemblée accepte la modification de l’ordre du jour. Les compétences de l’Assemblée Générale sont notamment les suivantes: Adopter et modifier les statuts, nommer le Comité, nommer les vérificateurs des comptes, définir les grandes lignes des projets de l’Association, adopter les comptes et le budget et donner décharge au comité, fixer le montant des cotisations.
Sauf dispositions contraires des présents statuts, l’Assemblée Générale prend ses décisions à la majorité des membres présents. En cas d’égalité, celle du président est prépondérante.
L’exercice annuel va du 1er janvier au 31 décembre.

Article 7 Assemblée générale extraordinaire : 
Une Assemblée Générale extraordinaire peut être convoquée par le comité ou à la demande d’un quart des membres. Les motifs de la convocation doivent être explicités par la convocation et figurer à l’ordre du jour. L’Assemblée Générale extraordinaire ne peut statuer que sur sur l’ordre du jour annoncé. Sauf dispositions contraires des présents statuts, l’Assemblée Générale extraordinaire prend ses décisions à la majorité des membres présents. En cas d’égalité, celle du président est prépondérante.

Article 8 Comité : 
L’Assemblée Générale élit un comité de 4 à 7 membres chargé d’administrer l’Association et de mener des actions en conformité avec ses buts. Le comité choisit en son sein un président, un vice-président, et un trésorier. Les membres du comité sont bénévoles et ne touchent aucun jeton de présence. En revanche, ils peuvent être indemnisés pour les frais effectifs résultant de leur activité. Le comité est élu pour une période de trois ans. En cours de législature, si le nombre de membres tombe en dessous du minium fixé dans les statuts, un nouveau membre doit être élu par l’AG jusqu’à la fin de la législature.
En cas d’égalité des voix, la voix du président est prépondérante.
Le Comité veille à l’exécution des décisions prises par l’Assemblée Générale. Il mettra tout en oeuvre pour réaliser les buts fixés dans les présents statuts, et dispose, à cette fin, des pouvoirs les plus étendus. Il décide de son mode de convocation.

Article 9 Finances : 
– Les ressources de l’Association sont principalement constituées par: les cotisations des membres, les dons et legs, les subventions des pouvoirs publics.
– Les revenus de sa fortune.
– Les membres paient une cotisation annuelle dont le montant est fixé par l’Assemblée Générale. Les membres ne sont pas personnellement responsables des engagements de l’Association.

Article 10 Vérification des comptes . 
L’Assemblée Générale ordinaire élit un vérificateur des comptes ainsi qu’un suppléant. Leur mandat est de deux ans, renouvelable.

Article 11 Révision des statuts . 
Les propositions de modification des statuts peuvent être faites lors d’une Assemblée Générale par le Comité ou le cinquième des membres (au moins) de l’Association. Ces propositions figurent à l’ordre du jour et doivent être approuvées par la majorité des membres présents, le Comité prépare pour l’Assemblée Générale suivante, une nouvelle version des statuts qui tiendra compte de la demande de changement. L’Assemblée Générale ne peut accepter les modifications des statuts qu’à la majorité des 2/3 des membres présents.

Article 12 Dissolution . 
L’Association peut décider en tout temps de sa dissolution par une assemblée générale, à la majorité des deux tiers des ses membres présents.
La liquidation a lieu par les soins du Comité. Les liquidateurs règlent les questions en cours, réalisent l’actif et exécutent les engagements de l’Association. Après paiement des dettes, l’actif social disponible sera entièrement attribué à une institution sans but lucratif, poursuivant un but d’intérêt public analogue à celui de l’association et bénéficiant de l’exonération fiscale. En aucun cas, les biens ne pourront retourner aux fondateurs physiques ou aux membres, ni être utilisés à leur profit en tout ou partie et de quelque manière que ce soit.

Article 13 Entée en vigueur . 
Les présents statuts ont été acceptés en Assemblée Générale du 11 février 2013. Ils entrent en vigueur immédiatement

Ernest Bloch (1880 – 1959)

Ernest Bloch, né à Genève (Suisse) le et mort le à Portland (États-Unis), est un compositeur, un violoniste, un chef d’orchestre et un pédagogue suisse naturalisé américain.

Il étudie le solfège avec Émile Jaques-Dalcroze, le violon d’abord avec Louis Rey à Genève, puis avec Eugène Ysaÿe à Bruxelles et la composition à Francfort-sur-le-Main avec Iwan Knorr. Il travaille également avec Ludwig Thuille à Munich. En 1903, il passe un an à Paris, où il rencontre Claude Debussy. En 1904, de retour à Genève, il commence à composer son opéra Macbeth. En 1909-1910, il est chef d’orchestre à Lausanne et à Neuchâtel, avant de s’installer aux États-Unis en 1916 et travailler avec la compagnie de danse de Maud Allan. À partir de 1917, il devient professeur de composition à Cleveland dans l’Institut de musique de la ville, puis à San Francisco où il est directeur du conservatoire entre 1925 et 1930. Il prend la nationalité américaine en 1924. Il revient en Europe entre les années 1930 et 1939, mais retourne en Amérique quelques années plus tard, avec la montée du nazisme. De 1942 à 1952, il enseigne à l’Université de Berkeley en Californie. Parmi ses élèves les plus connus, on peut citer George Antheil, Roger Sessions, Douglas Moore, Bernard Rogers, Randall Thompson, Herbert Elwell, Leon Kirchner et le philosophe Stanley Cavell.

Pierre Maurice (1868 – 1936)

Partagée entre la germanité et la latinité, la Suisse ne connaît guère de compositeurs d’envergure avant le dernier quart du 19e siècle. Cette situation est particulièrement sensible en Suisse romande où la vie musicale est assurée presque exclusivement par des Allemands (par exemple les premiers directeurs de la Société de chant sacré, Wehrstedt et Hugo de Senger) et où seuls de rares auteurs autochtones (François Grast, Charles Bovy-Lysberg) se livrent à la composition. Cependant, au cours des années 1880, apparaît une nouvelle génération de jeunes musiciens qui cherchent à doter le pays d’un art musical de qualité et s’efforcent de suivre une solide formation qu’ils vont chercher à Paris, à Vienne, en Allemagne. C’est le cas notamment d’Émile Jaques-Dalcroze, de Gustave Doret, et de Pierre Maurice, leur contemporain. Or si les noms des deux premiers ont été retenus, celui de Pierre Maurice, dont les œuvres ont été fort bien accueillies de son vivant, est tombé dans un oubli presque total.

Issu d’une famille d’origine provençale fixée à Genève depuis le 16e siècle, Pierre Maurice naît à Allaman (VD) le 13 novembre 1868. Il accomplit ses études au Collège de Genève, ville où il s’initie aux bases de la formation musicale, notamment l’harmonie avec Hugo de Senger. Après une année passée à Stuttgart, il entreprend, pour satisfaire à la volonté paternelle, une formation de banquier, tout en poursuivant avec Jaques-Dalcroze l’étude de l’harmonie et du contrepoint. Peu motivé pour les métiers de la finance, il parvient à convaincre son père qui l’autorise, en 1891, à s’inscrire au Conservatoire de Paris. Il y travaille avec Lavignac, Gédalge, et Massenet, qui lui enseigne la composition.

À l’issue de ses études, Maurice est déjà l’auteur de plusieurs mélodies, et de la suite symphonique Pêcheurs d’Islande d’après Pierre Loti, qui sera une de ses œuvres les plus fréquemment jouées. De plus en plus attiré par le théâtre lyrique, il entreprend un drame biblique, La fille de Jephté (1899), puis il achève en 1903 Le drapeau blanc, bref opéra en un acte créé au théâtre de Cassel. Fervent admirateur de Wagner, le compositeur s’installe en 1900 à Munich. Sa musique rencontre un accueil très favorable en Allemagne, où ses pages scéniques sont à l’affiche dans plusieurs villes, telle Misé Brun, crée à Stuttgart (1908), puis redonné à Weimar, Cobourg et au Théâtre allemand de Prague, qui connut un vif succès et sera repris en Suisse. Lanval, créé à Weimar en 1913, connaît moins de succès: il disparaît de l’affiche après quelques représentations. Andromède, achevé en 1913, ne sera monté qu’après la guerre, en 1923, à Bâle.

Les conditions de vie devenant de plus en plus difficiles en Allemagne, Pierre Maurice regagne la Suisse et s’installe dans sa propriété de La Pêcherie à Allaman. Il y écrit notamment deux ballets, des mélodies, ainsi qu’un ravissant opéra-comique intitulé La nuit tous les chats sont gris (1923) et une opérette, La vengeance du Pharaon (1935). Miné par la maladie depuis plusieurs années, il s’éteint à Allaman le 25 décembre 1936.
Jacques Tchamkerten